Passages piétons : comment les aménager ?

Passages piétons : comment les aménager ?

L'article vous plait ? Partagez le !


La protection des piétons lors des traversées de chaussée est essentiel. Ce n’est pas pour rien que l’anciennement nommé passage clouté, devenu, avec l’arrivée du marquage au sol, passage pour piétons fleurit aux quatre coins des rues et voies, en ville comme en rase campagne. Zone protégée, un passage piéton, suivant son positionnement ne s’aménage pas à la légère. Tour d’horizon des principaux aménagements à réaliser.



Protéger les piétons traversant la chaussée est une mesure indispensable (notion d’accessibilité universelle). Pour cela, les passages piétons doivent respecter un certain nombre de contraintes en fonction de leur lieu d’installation. Cela s’explique par le type de voie que le passage piéton permet de traverser et la nature de la circulation qui y a lieu. Zone 30 ou zone 50, en ville ou à la campagne, les aménagements à réaliser sont différents mais ont toujours un but protéger le plus faible (le piéton versus le véhicule motorisé).
 

 
Prendre en compte la distance d’arrêt des véhicules
 

Il faut dire que les distances d’arrêt des véhicules incluant le temps de réaction, le freinage et l’état de la chaussée (en l’occurrence) sont, d’un véhicule à l’autre, très fortement différentes. Ainsi pour des véhicules lancés à 50 km/h, la distance d’arrêt sera de (chiffres CERTU)  :
 
• 29 m pour une voiture,

• 34 m pour un deux roues motorisés,

• 44 m pour une fourgonnette,

• 104 m pour un camion.


Les fameuses bandes blanches parallèles à l’axe de la chaussée…
 
 
La matérialisation imposée d’un passage piéton est le marquage au sol des fameuses bandes blanches rectangulaires (longue de 2,50 m au minium en ville et de 4 à 6 mètres à la campagne) parallèles à l’axe de la chaussée. La largeur de ces bandes étant de 50 cm avec une distance de séparation allant de 50 à 80 cm entre chaque bande…

De plus, les mesures concernant l’accessibilité pour tous (PMR, malvoyants…) ont également eu un impact sur l’aménagement des passages piétons. Ainsi :
  •  
  • • Des "abaissés" de trottoir, appelés également bateaux ont fait leur apparition (la partie abaissée du trottoir devant avoir une largeur minimale de 1,20 m).
  •  
  • • Une bande podotactile conforme aux normes en vigueur doit être implantée pour avertir les personnes aveugles ou malvoyantes au droit des traversées matérialisées (dans le cas ou la largeur du trottoir le permet).
  •  
  • • Un contraste tactile appliqué sur la chaussée ou le marquage, ou tout autre dispositif assurant la même efficacité, permet de se situer sur les passages pour piétons ou d’en détecter les limites.

 
Les nécessaires équipements complémentaires…
 
 
De plus, il faut agir avec bon sens et prendre la mesure des lieux à équiper… Ainsi les traversées de villages ou les rues très passantes au sein des villes peuvent faire l’objet de mesures particulières. Inutile de rappeler la nécessité de la signalisation verticale qui doit prévenir les conducteurs de la proximité d’un passage protégé dans le cas de zones ou des problèmes de visibilité, le stationnement perturbent leur vigilance…

Au-delà, les municipalités regorgent de bonnes idées pour protéger leurs concitoyens. Ainsi :

 
• L’installation, à l’approche d’une zone 30 ou 50, de radars pédagogiques permet d’attirer l’attention des conducteurs pour les ramener à la raison.

• La mise en œuvre de borne béton ou potelet aux abords des passages protégés permettent d’éviter les stationnements sauvages et donc de conserver une zone de franchissement du trottoir vers la chaussée libre d’accès.

• De la même manière, des barrières de ville peuvent être installées à l’approche de passage piéton où peut se trouver une foule (sortie d’écoles, de crèches, d’équipements municipaux…) afin que personne n’aille sur la chaussée. Ces barrières de ville pouvant également équiper un ilot central en forme de chicane en milieu de chaussée sur les voies où la circulation est intense afin d’imposer des mesures de prudences.

 
On le voit les ressources pour protéger les piétons sont nombreuses. Reste pour vous à investir à bon escient et en fonction de vos contraintes…
 
Pour aller plus loin
 
• Les traversées des piétons – Fiche 01 – Certu – Amélioration de la sécurité des usagers vulnérables (à télécharger).
Décret n°2008-754 du 30 juillet 2008 portant diverses dispositions de sécurité routière.
Décret n°2010-1390 du 12 novembre 2010 portant diverses mesures de sécurité routière.
Arrêté du 15 janvier 2007 portant application du décret n°2006-1658 du 21 décembre 2006 relatif aux prescriptions techniques pour l’accessibilité de la voirie et des espaces publics.
Arrêté du 16 février 1988 relatif à l’approbation de modifications de l’instruction interministérielle sur la signalisation routière.

 
À lire également pour vous aider dans votre choix :
 
  •  

L'article vous plait ? Partagez le !

Suivez nous sur
Recevez nos articles directement par email
M'inscrire