Comment chauffer un atelier ?

Comment chauffer un atelier ?

L'article vous plait ? Partagez le !


La saison froide arrivant, la question taraude de nombreux entrepreneur : "Comment chauffer mon atelier ?". Il faut dire que l’atelier de production entrepôt, quai de chargement, n’est pas forcément le lieu le plus convivial qui soit en matière d’ambiance thermique. Grande hauteur sous plafond, volumes importants, portes donnant sur l’extérieur souvent ouvertes… En, somme, le chauffage de l’atelier peut sembler être un vrai casse-tête. Alors comment s’y prendre…


La productivité des hommes travaillant en atelier est liée à de nombreux paramètres : équipement de travail, logistique, organisation des process… Mais s’il est un paramètre qui n’entre pas directement dans la qualité et la productivité de l’atelier c’est l’aspect confort. Pourtant, cette donnée ergonomique a aussi son importance. Vous croyez être au mieux de votre productivité quand vous avez froid vous ?

C’est dire si l’ambiance thermique de la zone de travail est importante. Certes, les travaux en atelier sont souvent source d’efforts, ce qui permet de se réchauffer. Cependant, il y a des limites. Alors, même si la chaleur d’un atelier ne doit pas être aussi élevé que dans le cadre de bureau (température de la zone de travail suivant le type d’activité : 20 à 22°C pour une activité légère en position assise ; 17 à 19°C pour une activité debout ; 14 à 16°C pour une activité soutenue selon la Norme NF EN ISO 7730), c’est un aspect à prendre en compte pour le confort et la productivité des employés.



 
Chauffage d’atelier : les 2 grandes techniques en présence !
 
 
Pour parvenir à l’ambiance thermique souhaitée, il existe deux grands types de chauffage :
 
  • • Le chauffage par rayonnement : ce type de chauffage est préconisé pour chauffer les espaces ouverts ou mal isolés. Le principe du chauffage rayonnant est de porter à incandescence un émetteur de chaleur (plaquette céramique, tube d’acier, résistance) qui émet ainsi un rayonnement dirigé vers la zone à chauffer. Le chauffage rayonnant ne réchauffe pas l’air (infrarouge) mais se transforme en chaleur au contact des corps, sols, murs. Cette technique permet notamment de réaliser des économies en ne chauffant que là où cela est nécessaire (poste de travail) y compris en plein air. Il est plutôt conseillé pour des espaces à chauffer réduits, même s’il peut, in fine, équiper un grand espace de travail. Il suffira pour cela de multiplier le nombre de chauffages rayonnants aussi souvent que nécessaire.
 

  • • Le chauffage par air chaud (on parle aussi de chauffage par convection ou d’aérotherme) : ce type de chauffage est préconisé dans des bâtiments bénéficiant d’un minimum d’isolation (murs, vitrage, toiture). Ici, c’est l’air (provenant de l’intérieur ou de l’extérieur) du bâtiment qui est réchauffé au contact du corps de chauffe de l’appareil (chambre de combustion, résistances) puis soufflé dans le local.
     
  •  
Quel système de chauffage choisir ?
 
 
Pour opter pour l’un ou l’autre type de chauffage pour l’atelier, il faut prendre en compte plusieurs paramètres :
 
  • • Le volume à chauffer (V = longueur x largeur x hauteur du bâtiment) si vous préférez opter pour un chauffage par air chaud ou la surface à chauffer (S = longueur x largeur) si vous optez pour un chauffage par rayonnement.
  •  
  • • La qualité d’isolation du bâtiment suivant sa date de construction et la qualité des matériaux entrant dans sa constitution.
  Chauffage par air chaud Chauffage par rayonnement
Qualité d’isolation du bâtiment Coefficient d’isolation pour un bâtiment de moins de 1000 m3 (X)* Coefficient de performance nécessaire
(Y)*
Bonne isolation (murs, plafond et portes isolés) 1,1 150 W / m²
Moyenne (plafond et murs isolés) 1,5 200 W / m²
Faible (murs isolés) 2 250 W / m²
Mauvaise (pas d’isolation) 2,4 300 W / m²

  • • Le climat de la zone géographique ou se trouve l’atelier (en hiver quelle est la température minimale de la région ? 0° ou -15°C, sachant que pour choisir cela fait une différence pour atteindre à l’intérieur du bâtiment les +15°C) afin de prendre en compte le delta (ð).

Ensuite, un calcul s’impose… 
  •  
  • • Pour le chauffage par air chaud, le calcul de la puissance calorifique nécessaire sera le suivant : V (volume à chauffer) x ð (delta de température) x X (coefficient d’isolation).
  • Exemple pour un bâtiment de 500 m3, dans une région ou le delta de température est de 11°C pour un bâtiment ne possédant pas d’isolation, vous devez opter pour un aérotherme d’une puissance de : 500 x 11 x 2,4 = 13.200 W ou (13.2 kW).
  •  
  • •  Pour le chauffage par rayonnement, le calcul de la puissance calorifique nécessaire sera le suivant : S (surface à chauffer) x Y (coefficient de performance nécessaire).
  • Exemple pour une surface de de 500 m3, dans une région ou le delta de température est de 11°C pour un bâtiment de 20 x 5 m au sein d’un bâtiment ne possédant pas d’isolation, vous devez opter pour un chauffage rayonnant d’une puissance de : 20 x 5 x 300 = 30.000 W ou (30 kW).

 
Ambiance thermique de l’atelier : une obligation légale !

 
On le voit les options sont nombreuses, sachant qu’il convient également de rappeler qu’il existe des solutions à fixer (au mur, au plafond), à poser au sol, mobile… suivant les besoins rencontrés.

Quoi qu’il en soit, les solutions existent pour obtenir un bon climat thermique au sein de l’atelier. D’autant que c’est une obligation légale majeure. En effet, l’article R4213-7 créé par Décret n°2008-244 du 7 mars 2008 exprime clairement la chose en stipulant que "Les équipements et caractéristiques des locaux de travail sont conçus de manière à permettre l'adaptation de la température à l'organisme humain pendant le temps de travail, compte tenu des méthodes de travail et des contraintes physiques supportées par les travailleurs".

Il ne vous reste plus qu’à faire vos calculs !
 
*Ces données sont indicatives et ne doivent en aucun vous éviter de demander conseils aux spécialistes. Pour effectuer le meilleur investissement consulter les spécialistes Techni-Contact.


 
Pour aller plus loin
 
• Article R4213-7, créé par Décret n°2008-244 du 7 mars 2008 – art. (V).
Article R4223-13, créé par Décret n°2008-244 du 7 mars 2008 – art. (V).
Arrêté du 5 août 2002 relatif à la prévention des sinistres dans les entrepôts couverts soumis à autorisation sous la rubrique 1510 (voir article 20).
Décret n°2008-1382 du 19 décembre 2008 relatif à la protection des travailleurs exposés à des conditions climatiques particulières.
Norme NF EN ISO 7730 de Mars 2006, "Ergonomie des ambiances thermiques – Détermination analytique et interprétation du confort thermique par le calcul des indices PMV et PPD et par des critères de confort thermique local » de l’Association Française de NORmalisation (AFNOR).

 
Qui est concerné ?
 
De nombreux secteurs sont confrontés au besoin de chauffer des espaces. On peut citer : l’agriculture (serre de culture, bâtiment d’élevage, séchage de semence…), le BTP(chantier), les collectivités (gymnase, salle municipal, salle polyvalente…), l’automobile (carrosserie, atelier, garage…), sans oublier l’industrie.
 

À lire également pour vous aider dans votre choix :
  •  

L'article vous plait ? Partagez le !

Suivez nous sur
Recevez nos articles directement par email
M'inscrire